Roya

Vallée de la Roya / Les avocats du SAF solidaires du délit d’humanité.

Après 36 h de garde à vue, la lettre de Cédric Herrou au procureur

Suite à l’arrestation de Morgan, Lucille et Cédric, ce dernier écrit au procureur qui après une intervention musclée a libéré tout les prévenus sans aucune poursuite judiciaire malgré plus de 36h de garde à vue et d’énormes moyens mobilisés : près de 30 policiers casqués et armés, une mobilisation des militaires du dispositif « sentinelle », des lunettes infrarouges, des enquêteurs en civil ainsi qu’un drone. Le bilan de cette opération se réduirait à l’arrestation de ces 3 mineurs que Cédric avait pris en charge depuis plus d’un mois et pour qui il demandait aux pouvoirs publics une prise en charge. Ce bilan inclut aussi le traumatisme de l’infirmière de Médecins du Monde sur qui un policier a pointé son arme en hurlant, l’agression du journaliste de Libération plaqué au sol ayant subit par 2 fois une clé au bras et bien sur le choc vécu par ces enfants soudanais.

 

                         Monsieur le procureur,

Vous avez fait pleurer ma mère, mon père.

Vous avez arrêté mon frère, mon amie.

Vous nous avez mis sous les verrous, traités comme des chiens, des malfrats.

Vous avez ordonné à une trentaine de gardes mobiles, armes aux poings, d’entrer sur mes terres, prendre ces trois enfants sans parents, qui attendent chez moi, depuis plus d’un mois d’être pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance.

Ces enfants ont connu la guerre, la torture, l’esclavagisme.

Ces enfants que je protège

Ces enfants qui m’ont donné leur confiance.

Vous avez au nom de votre France, violé les droits de l’Enfant!

Ils attendaient sécurité de la part de notre pays!

Vous me savez sensible aux personnes que j’aide, aux personnes que j’aime.

Vous savez que ma liberté ne s’arrêtera pas aux barreaux de vos prisons et vous tapez là où ça fait mal !!!

Sachez Monsieur le Procureur que je resterai fidèle à mes convictions, que

ma France, que notre France, continuera à défendre les droits des hommes, des femmes, des enfants présents sur le sol français au nom de nos valeurs qui fondent la République Française.

Ne pensez pas que je suis seul, nous sommes des milliers, des millions!

Chacun son métier, le mien c’est agriculteur, le vôtre c’est de faire respecter la Loi. Loi qui protège et fait que le vivre ensemble soit la règle primordiale de notre démocratie.

Vive notre France

et …..celle que tu représentes

(Crédit Photo : Franck TERLIN)

Juste solidaire ou « idéologue » ? Il encourt 8 mois de prison pour aide aux migrants

Cédric Herrou, simple citoyen, solidaire de la détresse d’autrui ou « idéologue », souhaitant sciemment se poser en « martyre judiciaire » ? C’est la cruciale question à laquelle devra répondre la présidente de la 7ème Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Nice d’ici au 10 février 2017. Pour trancher, celle-ci s’appuiera sur les quatre heures d’audience qui ont occupé, ce mercredi 4 janvier, le palais de Justice de la capitale azuréenne où comparaissait cet agriculteur de 37 ans, installé dans la Vallée de la Roya et devenu l’un des visages les plus emblématiques de l’aide aux réfugiés bloqués à la frontière italienne.

Tendre la main ou tourner la tête ? 

Plus que le procès d’un homme, c’est d’une affaire de lecture, de vision, tant de la justice que du monde et de la société dans lesquels nous vivons, dont il s’agit là. Car, depuis plus d’un an, rien ne clive tant le débat public que le sort qui devrait être réservé aux personnes fuyants leur pays pour rejoindre l’Europe sur ces rafiots-roulettes-russes bravant la Méditerranée. Accueillir ou refouler ? Tendre la main ou tourner la tête ? Une chose est sûre : débarquées dans le Sud de l’Italie, ces populations sont en tous cas bien là, fuyant majoritairement l’Érythrée (et son service militaire à vie), le Soudan (dont certaines régions sont en guerre depuis la fin des 80’s) mais aussi le Tchad, le Nigeria, etc. En 2016, selon l’Organisation internationale pour les migrations, elles étaient 179 523 à arriver par la Botte tandis que 4 400 trouvaient la mort avant d’avoir pu mettre pied sur ces rivages.

Il y a quelques mois, ce sont justement les destins chaotiques d’une poignée de ces « migrants », selon la formule consacrée, qui ont croisé celui de Cédric Herrou, au quotidien jusqu’alors rythmé par la collecte et la vente d’œufs et d’olives. A Nice, les actes qui lui sont reprochés et lui ont valu son baptême de la justice sont les suivants  : « avoir, à Tende, courant octobre 2016, (…) en les transportant depuis Vintimille jusqu’en France, en les hébergeant à son domicile puis en les transférant sur une autre propriété privée aux fins d’hébergement, facilité l’entrée, la circulation et le séjour irrégulier de plusieurs étrangers se trouvant dépourvus de titre de séjour (environ 200) sur le territoire national »; mais aussi de s’être, durant le même mois et dans cette même commune, « installé (…) sur [un] terrain appartenant à la SNCF », sans droit ni titre. Des derniers faits évoquant l’occupation, par des membres d’un collectif associatif dont l’agriculteur, d’un bâtiment désaffecté de la SNCF, situé à Saint-Dalmas-de-Tende, afin d’y loger 57 migrants (dont 29 mineurs) et de palier l’absence de centre d’accueil et d’orientation dans le département.

(c) Franck_Terlin

« Mon inaction me rendrait complice »

Tandis que plusieurs dizaines de soutiens s’amassent sur la place du Palais, à la barre, l’Azuréen, qui dispose aussi d’un bout de terre en Italie et vend ses produits tant dans des Amap niçoises qu’à Vintimille, raconte comment tout a commencé. C’était « vers mars »… « Au départ, je voyais des gens qui marchaient sur le bord de la route quand je remontais chez moi. Je me suis arrêté. Et moi, quand je prends en stop, je ne demande pas les papiers. Une fois, cinq fois, dix fois… Je les déposais à la gare de Breil, sans vraiment connaître leur situation. (…) Je ne savais même pas qu’un pays comme l’Érythrée existait », raconte celui, qui « petit à petit », va s’intéresser à la détresse de ces personnes. « Au fil des rencontres, une sorte de réseau se crée, pas mafieux mais citoyen. Je me suis mis à échanger avec des gens qui connaissaient le problème, en France et à Vintimille dans les différents camps pour réfugiés, avec des gens de la Croix rouge, avec des bénévoles qui leur venaient en aide… Et devenir conscient d’une situation, ça pousse à agir. Mon inaction, mon silence me rendraient complice », explique-t-il.

Alors, dans le petit utilitaire lui servant à faire ses livraisons d’abord, puis dans un véhicule 9 places acheté à cet effet par une association culturelle du coin, Cédric embarque, gracieusement, des familles, des mineurs, « les personnes les plus fragiles », pour leur éviter de prendre « tous les risques » en essayant de franchir – par la route, le rail, les montagnes – la frontière, fermée par la France depuis juin 2015. Dans son modeste chez-lui – une petite bicoque posée sur l’une des restanques de son exploitation breilloise – il leur offre un peu de répit, des repas, du repos avant de les déposer, aidé parfois par d’autres conducteurs, dans des gares azuréennes ou varoises afin qu’ils poursuivent le voyage vers leur but européen. Combien de fois l’a-t-il fait ? Dix fois, vingt fois, cent fois et plus encore. « Je n’ai pas tenu de statistiques mais cela tourne autour de 200 personnes », dit-il, en toute transparence.

Réquisitions sévères

La « transparence », c’est justement là que le bât blesse pour le Procureur de la République de Nice, qui a requis à son encontre une peine de 8 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve. Car, depuis sa première arrestation le 11 août alors qu’il transportait vers la Roya 8 Erythréens (dont plusieurs mineurs) et l’abandon des poursuites par le parquet au nom de « l’immunité humanitaire », Cédric Herrou n’a jamais caché avoir poursuivi ses activités de passeur citoyen. Pas question non plus de dissimuler le fait qu’il hébergeait, en permanence, jusqu’à plusieurs dizaines de réfugiés chez lui, allant jusqu’à créer un camping de fortune sur ses terres. Dès août, l’agriculteur répond ainsi aux multiples sollicitations de la presse et son visage s’exporte même outre Atlantique, dans les colonnes du New-York Times, faisant enrager au passage bons nombres d’élus azuréens. « Je n’ai rien à cacher, j’ai envie que mes actions soient connues et traçables. C’est normal que la société sache ce qu’il se passe », se justifie l’intéressé. A Saint-Dalmas-de-Tende, il est aussi l’un des porte-parole médiatiques lors de l’occupation de cette ex-colonie SNCF où 57 migrants sont installés avant d’être délogés, trois jours plus tard, par les forces de l’ordre. C’est là que Cédric Herrou sera arrêté pour la seconde fois, comme quatre autres citoyens présents sur les lieux, et placé en garde à vue. Mais seul lui sera mis en examen, « parce qu’il revendiquait de manière explicite son action d’aide à l’entrée sur le territoire », justifie le procureur.

Un « procès d’intention » ? 

« Nous sommes deux à avoir saisi le tribunal : Cédric Herrou, par ses revendications dans la presse, qui disent en substance : je viole la loi et je l’assume. Et moi, procureur de la République, car je représente cette loi et mon rôle est de la faire appliquer », a ainsi martelé Jean-Michel Prêtre, fustigeant le « changement de combat » de Cédric Herrou après sa première arrestation estivale et décrivant le personnage d’avantage comme un « leader », animé par « une volonté de se présenter en martyre judiciaire devant l’opinion publique » et s’offrant-là une « tribune politique ». « Ce n’est pas un procès d’intention qu’on fait à Cédric Herrou. On n’encourt pas 8 mois de prison pour un changement d’attitude ! Dans un tribunal, on parle de faits, de dates. Dans quel pays vivons-nous? », s’est quant à lui alarmé l’avocat de la défense, Zia Olumi, pointant qu’aucune preuve tangible de ces « 200 passages » n’ait été versée au dossier. Plus tôt, la présidente du tribunal avait elle-même « déploré, avec loyauté, que le seul étranger entendu dans cette procédure, sur le bord de la route, déclare ne pas connaître Cédric Herrou » et « qu’aucune des 57 personnes » se trouvant dans les locaux SNCF occupés à Saint-Dalmas n’ait été questionnée par les forces de l’ordre.

Pour le conseil de Cédric Herrou, c’est la loi du 31 décembre 2012 qui devrait-là protéger l’agriculteur. Proposée par Manuel Valls, celle-ci avoir alors permis de modifier un article du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda) pour y supprimer le « délit d’aide au séjour irrégulier » à trois conditions : que cette aide « ne donne lieu à aucune contrepartie », qu’elle « consiste à fournir des prestations de restauration, d’hébergement, de soins médicaux et de conseils juridiques » et qu’elle vise à « assurer des conditions de vie dignes et décentes à l’étranger » ou de « préserver la dignité ou l’intégrité physique de celui-ci ».

« 5 migrants sont déjà morts à la frontière »

C’est finalement sur ce dernier point que pourrait bien reposer le sort de Cédric Herrou. « La dignité ou l’intégrité » de ces personnes transportées et hébergées par l’agriculteur, étaient-elles bien en jeu ? Non, dixit le parquet, qui « ne voi[t] pas très bien la différence qualitative de prise en charge entre l’Italie et la France » et assure aussi « ne pas avoir connaissance de violation de textes pour la remise de mineurs [censés être pris en charge par le conseil départemental] depuis la France à l’Italie ». Assurément , à en croire les dires des six témoins appelés à la barre pour attester de la bonne foi du prévenu. « Ces derniers mois, 5 migrants sont morts à la frontière franco-italienne, certains fauchés sur l’autoroute ou sur les voies de chemin de fer alors qu’ils tentaient de rejoindre la France. Comment peut-on accepter ça ? », a notamment questionné Teresa Maffeis, cofondatrice de l’Association pour la démocratie à Nice, très investie à Vintimille. « En gare de Menton-Garavan, j’ai vu de mes yeux vus des agents de la Police aux frontières remettre des migrants mineurs dans les trains direction l’Italie », ajoute Martine Landry, de l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé).

« Il ne devrait pas être seul sur le banc »

« En bloquant la frontière à Vintimille, les gens remontent automatiquement vers le Nord, vers la Roya. Et nous, habitants de cette vallée, on ne peut pas tourner la tête quand on voit des personnes détrempées le long de la route », a, quant à lui, lancé à la barre Michel Masseglia, adjoint à la culture au maire de Breil-sur-Roya. Et l’élu de clamer : « Ces dernières années, on a fait des expositions sur le Mali, le Burkina Faso… pour montrer aux gamins d’ici que Breil n’est pas le centre du monde. Aujourd’hui, nous en sommes des témoins directs (…) et nous devons faire face à l’hypocrisie des pouvoirs publics qui ne prennent pas en compte la dimension humaine du problème. Cédric Herrou, il ne devrait pas être seul sur ce banc, on devrait être une cinquantaine. Moi aussi, j’ai pris des gens dans ma voiture. Comment continuer sa route quand on croise le regard d’un gosse ? »

Fer de lance de la solidarité Made in Vallée de la Roya, Cédric Herrou devra donc attendre le 10 février pour être fixé sur son sort. En cas de condamnation,  son avocat prévoit d’ores et déjà de faire appel de cette décision et se dit prêt à porter l’affaire « jusqu’à la Cour européenne des Droits de l’Homme ». Lancée par des citoyens le jour de l’audience, une pétition en ligne, qui réclame la relaxe de l’agriculteur de la Roya, a déjà recueilli près de 5000 signatures. Ce vendredi 6 janvier, Pierre-Alain Mannoni, un enseignant-chercheur niçois, lui aussi jugé en novembre pour aide aux migrants, a été relaxé par la même juridiction. Il risquait 6 mois de prison avec sursis pour sanctionner le transport et l’hébergement ponctuel de trois Érythréennes en octobre dernier.

A lire dans Ressources #6 (à commander en ligne, sans frais de port) : « RÉFUGIES – LES VISAGES DE LA SOLIDARITÉ », une galerie de portraits d’Azuréens qui passent à l’action pour aider les migrants.

Dans la Roya, le « centre d’accueil » pour réfugiés, créé par des habitants, évacué [màj]

Le procès de Cédric Herrou, l’agriculteur et « passeur citoyen » de la Roya, aura lieu le 23 novembre , à 13h30, au Tribunal correctionnel de Nice. Poursuivi pour aide au séjour d’étrangers en situation irrégulière, il encourt jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende. Jeudi 20 octobre, dès 8 heures, les forces de l’ordre, sous l’égide du procureur, ont procédé à l’évacuation du bâtiment SNCF occupé, depuis lundi 17 octobre, par des habitants de la vallée de la Roya et plus d’une cinquantaine de réfugiés, à Saint-Dalmas-de-Tende, à l’initiative notamment de Cédric Herrou. Selon nos informations, les autorités auraient agi non pas des suites des procédures engagées par la SNCF, propriétaire des locaux, mais dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Nice pour aide à l’installation d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire français. Une quinzaine de personnes serait actuellement en garde-à-vue dans les locaux de la Police aux frontières, à Nice. L’objectif revendiqué par ces résidents de la vallée, réunis au sein du Collectif Roya Citoyenne, était de mettre à l’abris ces personnes, « en attendant que l’état prenne ses responsabilités », dans un département ne comptant aucun centre d’accueil ou de répit pour migrants. Ressources avait passé la journée de mercredi dans ce centre improvisé. Relire notre reportage — >

Arrière-pays azuréen, tout près de la frontière italienne. D’extérieur, c’est une bâtisse blanche aux volets verts et au charme suranné, encadrée par la végétation, nichée derrière le stade de foot et la gare SNCF désaffectée de Saint-Dalmas-de-Tende. Une fois pénétré à l’intérieur par une petite chaise servant de marche-pied pour franchir l’une des fenêtres du rez-de-chaussée, une succession de pièces délabrées s’enchaîne sur deux étages. C’est là, dans cette ancienne colonie de vacances propriété de la SNCF, à l’abandon depuis 6 ans, qu’une cinquantaine de migrants africains ont trouvé refuge depuis lundi soir, aidés par des habitants des villages de la Roya, réunis en collectif. Dans les chambrées autrefois occupées par les bambins en villégiature, les murs recouverts de papiers-peints à thème – tantôt fleuri ou arborant des trois mâts et des boussoles d’explorateurs – contemplent désormais une série de duvets et de vêtements, posés sommairement au sol. Ce mercredi, la matinée est déjà bien entamée, mais ça-et-là, quelques personnes fébriles, ramassées sous des draps, cherchent encore le repos. Ici, la température avoisine les 10 degrés. Pas d’eau ni d’électricité à disposition. Mais un toit sur la tête. Déjà ça, pour ces réfugiés. Un ultime recours pour les membres du Collectif Roya Citoyenne, mobilisés depuis des mois pour venir en aide, avec les moyens du bord, aux migrants qui affluent dans la Roya, passant la frontière à pied, animés par leurs rêves européens.

Un réfugié dans l’une des chambres de fortune.

60 à 80 habitants de la Roya mobilisés 

« Ces derniers jours, j’hébergeais jusqu’à 58 réfugiés chez moi. Ce n’était plus gérable. J’aimerais savoir ce que les pouvoirs publics voudraient que je fasse de ces personnes qui cherchent un abri… Puisque l’état ne fait rien, nous avons décidé de prendre ce lieu dans l’attente que la préfecture ouvre enfin un centre d’accueil décent », lance Cédric Herrou, un agriculteur de la Roya qui n’a jamais caché ses activités de « passeur citoyen ». Arrêté cet été alors qu’il véhiculait gracieusement des migrants depuis l’Italie vers la France, ce dernier avait même bénéficié d’un abandon des poursuites judiciaires de la part du parquet de Nice, invoquant alors « l’immunité humanitaire ». Une première dans les Alpes-Maritimes. Mais il n’est pas le seul à s’engager dans cet arrière-pays reculé. Le collectif Roya citoyenne revendique « 60 à 80 contacts actifs » dans sa mailing-liste, selon Georges Faye, l’un des porte-parole présents ce mercredi sur les lieux. Dans sa besace, deux communiqués, validés par les membres du collectif, fustigeant les récentes prises de position du président du Conseil départemental, Eric Ciotti, et de la conseillère régionale Laurence Boetti-Forestier. Le premier avait tancé, dès mardi, des associations dévoyant « le sens de la loi » et pointé « la réalité de l’infiltration de djihadistes dans les flux migratoires », selon lui « incontestable ». La seconde avait, elle, fustigé « les militants No-Borders », à la manœuvre selon ses dires,  « qui venaient même s’en vanter dans les médias » et « une situation qui risque d’alimenter les tensions et de constituer un appel d’air à l’immigration ».

« 8 heures de marche » pour rejoindre la France

« Malgré les discours fascisants à la mode dans les Alpes-Maritimes, notre préoccupation, c’est que ces personnes ne crèvent pas de froid. Quand l’état ne mise malheureusement que sur la répression, déployant par exemple à Sospel des militaires armés pour contrôler les personnes de couleur à la sortie des trains, heureusement que des citoyens s’organisent pour leur venir en aide. Au-delà de la crise migratoire, il y a pour nous un sujet plus important : celui des droits fondamentaux de tout être humain », juge Thibaud, un Azuréen venu soutenir l’action à Saint-Dalmas-de-Tende. « Certains réfugiés sont très mal en point. Ils ont marché des heures pour rejoindre la France. Ils sont épuisés, parfois blessés », ajoute-t-il.

Il y a deux nuits de ça, avec deux compagnons d’infortune, Habtom, un réfugié érythréen de 46 ans, a avalé de nuit les 8 heures de marche qui le séparaient de Vintimille pour rejoindre la vallée de la Roya. « En longeant les rails  de chemin de fer », explique-t-il, assis sur une couverture dans l’une des pièces de ce « centre » improvisé. « Je suis arrivé dans le Sud de l’Italie il y a deux semaines, et puis je suis remonté jusqu’à la frontière Nord par le train. Mon but, ce serait d’aller en Allemagne. Mon fils de 21 ans y vit déjà. Mais si la France m’accepte, je suis prêt à y travailler, même pour très peu d’argent. Très peu, pour nous, c’est déjà beaucoup comparé à la situation dans notre pays », glisse-t-il. Enrôlé à l’âge de 25 ans au service militaire imposé par le régime de son pays, Habtom y gagnait environ 600 nafka par mois… « L’équivalent de 10 à 15 dollars », dit-il. Alors il a laissé derrière lui son épouse et quatre autres fils, manquant de tout, pour tenter de gagner sa vie en Europe et de « les aider ». Dépouillé par la mafia locale à la frontière Soudano-tchadienne, il a ensuite dû payer un voyage en bateau depuis la poudrière libyenne, à 1500 dollars, afin de rejoindre les côtes italiennes. « J’aimerais juste travailler, je ne veux embêter personne », redit-il posément.

 

Des collégiens solidaires 

Dehors, sur un terrain de sport goudronné jouxtant le bâtiment, des mineurs, la plupart érythréens aussi, tuent le temps en tapant dans un ballon. A quelques mètres, des ados, sac sur le dos, tout juste sortis du collège voisin, regardent la scène. « On voulait voir ce qu’il se passait, ça me fait de la peine », glisse l’un d’entre eux. « Eux, dans leur pays, je suis sûr qu’ils nous accueilleraient mieux que nous », ajoute son pote, en 4ème dans le même bahut. « Y en a qui trouvent que les migrants servent à rien, d’autres qui les aident. C’est mieux de les aider », ajoute une jeune fille en regardant ses baskets. « Et puis ce lieu, ça fait 6 ans qu’il sert à rien. Nous, parfois, j’avoue, on y va quand on s’ennuie pour faire des bêtises quoi, se cacher dans les pièces… Mais c’est mieux si ça peut servir, ça embête qui ? », poursuit un garçon. D’abord à l’écart, le petit groupe finit par tomber sacs à dos et vestes pour rejoindre les jeunes réfugiés sur le terrain. « Moi, je prends les cages. J’vous préviens, même si je joue pas goal d’habitude, y’a rien qui passera ! », lance Emma, une collégienne, en se marrant.

Plus loin, on s’active déjà pour préparer le déjeuner avec les vivres collectés par les habitants du coin. Puis une réunion s’organise pour décider d’une prise de position commune. « La préfecture a ouvert des négociations. Nous avons jusqu’à 15 heures pour formuler nos demandes », lance Cédric Herrou. Ce mercredi, décision a été prise d’occuper le lieu jusqu’à ce que les pouvoirs publics ouvrent un centre décent pour accueillir les migrants. De son côté, la SNCF, propriétaire du bâtiment, indique avoir « déposé plainte dès lundi soir à la gendarmerie de Breil-sur-Roya ». « C’est avant tout une préoccupation de sécurité pour ces personnes », dixit, ce mercredi soir, le service communication, se refusant à évoquer les suites judiciaires. Le procureur de la République, Jean-Michel Pretre, confirme, quant à lui, que « la SNCF a formulé une demande de référé devant le Tribunal de grande Instance de Nice mais qu’aucune date d’audience n’est connue pour l’heure. C’est une question de jours », assure-t-il. Contactée, la préfecture des Alpes-Maritimes ne souhaite pas communiquer sur les négociations engagées avec le Collectif Roya Citoyenne. Quant à l’éventualité d’ouvrir des centres d’accueil ou de répit dans le département, « le ministère de l’Intérieur nous a demandé de pré-identifier des sites, il y a un recensement en cours », assurent ses services.

 

 

 

 

© Ressources Magazine | Powered by WP & IPAOO