développement durable – Page 2

Les promesses vertes du gagnant des régionales seront-elles durables ?

C’est plié. Au lendemain du second tour des élections régionales, le candidat Les Républicains, Christian Estrosi, député-maire-président-de-la-métropole-niçoise, devient le nouveau président de Paca (54,78%, contre 45,22% pour la frontiste Marion Maréchal Le Pen). Et parce que les promesses de campagne n’engagent que ceux qui les croient, Ressources pose ici 10 engagements verts de son programme qu’on espère durables.

MANGER LOCAL
– Du producteur au consommateur : création de 200 points de vente directe, véritables « drives agricoles ».
– Approvisionnement chez les producteurs locaux de toutes les cantines des lycées.

AGRICULTURE
– Maîtrise du prix du foncier agricole et mises à disposition de terres aux jeunes agriculteurs.
– Développement des richesses agricoles spécifiques : filières bois, exploitations fruitières, élevages…
– Harmonisation des coûts d’irrigation du canal de Provence pour renforcer la compétitivité des exploitations agricoles et des filières au sein de la région.

ENVIRONNEMENT
– Première région « no-plastic » pour protéger nos fonds marins.
– Développer l’indépendance énergétique des particuliers par des aides à l’équipement.
– Incitation aux traitements biologiques.
– Équiper 100% de nos villes et villages de containers pour le tri sélectif.
– Aider les communes et les intercommunalités à préserver les eaux de baignade, en accompagnant leurs projets d’assainissement et de gestion des eaux pluviales.

Par Aurélie Selvi

(c) photo : Franck Terlin

? [POINT D’INTERROGATION] AU TNN : DIX « ÉCLAIREURS » EN QUÊTE DE FUTUR

Ce samedi midi, dans le cadre du festival Réveillons-Nous au Théâtre National de Nice, la jeune troupe des Éclaireurs, créée à l’initiative d’Irina Brook, a littéralement illuminée la petite salle Michel Simon. Les dix acteurs qui interprétaient le texte ? [POINT D’INTERROGATION] de Stefano Massini, auteur et metteur en scène italien, sont à la fois jeunes et de la région. Et surtout totalement décomplexés. Irina Brook avait annoncé une lecture sur le mode d’une mise en espace. Cette petite bande-là a monté un vrai spectacle en seulement quatre jours ! Le texte de Stefano Massini est plus précisément un « projet pédagogique, social et environnemental ». Le nouveau directeur du Piccolo Teatro de Milan l’a écrit en vue de sensibiliser un public plus large à ces thématiques, à commencer par les plus jeunes.

Comme son nom l’indique, le texte est une série de questions sur le mode : quel monde demain ? Les Éclaireurs nous ont offert une traduction énergique et rythmée de ce texte très bien écrit. Jouant volontiers sur le registre de la farce, ce spectacle de qualité, dès sa première, s’applique à forcer le trait sans que l’on sache précisément si cette fiction futuriste, cette anticipation drôlatique, n’est pas précisément la réalité qui nous attend à courte échéance. L’on pourrait donc rire jaune si l’incroyable énergie déployée au service d’une peinture grotesque de ce futur probable n’inclinait à la franche hilarité. A moins que les zygomatiques n’arrivent en fait à se lâcher de façon autonome pendant que, sous la boîte crânienne, l’on encaisse sans véritable envie de plaisanter les questions qui introduisent chacun des tableaux : Où habiterons-nous dans le futur ? Que mangera-ton dans le futur ? Sera-t-on malade dans le futur ? Quelle économie dans le futur ? Le malheur existera-t-il encore dans le futur ? Les livres existeront-ils encore dans le futur ? Aussi jubilatoire que grinçant, une invitation à ne pas prendre à la légère cette imminence d’un monde déshumanisé. Une caricature d’humanité, sans cynisme ni pathos, mais qui pousse à une ultime question intérieure à l’issue de la représentation, un ultime point d’interrogation : et si c’était vrai ? Oui, et si cette farce n’avait rien de too much ? A quelques jours seulement de l’ouverture de la COP 21, dans un monde où les scénarios les plus alarmistes ne sont pas forcément les plus fantaisistes, l’on espère en effet que le titre de ce texte ne se lise pas en mode négatif plutôt qu’interrogatif : face à l’inertie des puissants, qu’il n’y ait « point d’interrogation » quant à la couleur de ce futur proche.

Repérés par Irina Brook lors de différents stages, les dix acteurs de la troupe des Éclaireurs vont désormais faire tourner ce projet, devenu si spontanément spectacle par « la magie du théâtre » selon les mots de la directrice du TNN, dans les établissements scolaires et dans divers lieux du département. Puisse leur talent et leur langage venir éclairer la génération Z quant à l’urgence à se réveiller. Bref, à ne pas donner dans le ZZZ…

FESTIVAL RÉVEILLONS-NOUS
Le théâtre National de Nice se mobilise pour la planète autour de la COP21
26 novembre > 13 décembre

Télécharger le programme

Capture d’écran 2015-11-25 à 16.20.24

Alpesvertes.org : l’annuaire on-line des initiatives écologiques et solidaires joue la carte du… libre !

Un nouvel annuaire azuréen a officiellement été mis en ligne le 17 octobre dernier, au moment d’Alternatiba06 à Mouans-Sartoux. Le site alpesvertes.org est l’annuaire citoyen et autogéré des initiatives écologiques et solidaires dans les Alpes Maritimes. Conçu et développé par Jean-Noël Montagné, fondateur et animateur de NiceLab, ce service en ligne est composé d’une centaine de rubriques, de plus de 250 sous-rubriques, et d’une cartographie localisant les services recherchés (carte sous licence libre). Un clic sur l’icône dans la carte et la fiche apparaît au milieu !

Vous connaissez un lieu, un collectif ou une alternative dans les Alpes Maritimes, qui va dans le sens de la protection de l’environnement, de la transition écologique et citoyenne ? En quelques clics vous pouvez le ou la référencer sur cet annuaire on-line.

L’objectif est de faciliter la découverte et la recherche des bonnes pratiques autour de soi, de les rencontrer, d’essaimer le modèle, de créer le réseau.

Cet annuaire est donc composé des descriptions que chacun peut apporter lui-même, librement sur le site, à l’instar de Wikipédia. Il suffit pour cela de se rendre sur la page « proposer un lieu ». A tout moment, la fiche ainsi créée peut être bien sûr modifiée : une équipe de modération valide les contenus selon une charte mentionnée sur le site.

AlpesVertes est une initiative associative, gratuite et sans publicité, proposée par l’association NICELAB, Laboratoire Ouvert de Nice, et POM’ECOLO, association de promotion de l’écologie dans les Alpes Maritimes. Son financement est assuré par des dons citoyens. Le site utilise des logiciels libres et des ressources cartographiques libres.

Oui, il est encore un peu vide pour le moment : c’est justement parce que c’est un annuaire participatif. Alors, à nous tous de jouer !

alpesvertes.org

CCI NICE CÔTE D’AZUR / L’HÔTEL DU CAP EDEN-ROC, LAURÉAT DU TROPHÉE RSE 06 – 2015

La 3ème soirée Performance Durable 360° était organisée hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nice, boulevard Carabacel. Ce nouveau rendez-vous de l’économie locale, réunissant les acteurs locaux de la RSE (responsabilité Sociétale des Entreprises), invite les dirigeants d’entreprise du département à « repenser leur modèle économique pour faire face aux défis présents et futurs, bénéficier de retours d’expériences de chefs d’entreprise engagés et découvrir les bonnes pratiques reconductibles. » Une soirée qui leur permet également de rencontrer des acteurs locaux de la RSE, de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération, dont Performance Globale Paca Est auquel le premier numéro du magazine Ressources (septembre-octobre), en kiosque depuis le 19 septembre dernier, consacre un reportage.

Au terme d’une « soirée » débutée à 16h30, proposant des ateliers d’évaluation de sa démarche RSE, des échanges avec les 15 acteurs de la RSE présents et une table ronde autour de thèmes tels que « La performance globale : un moteur de croissance » ou « Economie de la fonctionnalité et de la coopération : quel impact pour l’entreprise ? », le point d’orgue de cette édition fut bien sûr la remise des trophées RSE 06. Après Areco en 2014, le lauréat 2015 est l’Hôtel du Cap-Eden-Roc.

Pour Laurent Vanhoegarden, Directeur de l’hôtel, « cela représente une grande fierté pour les 420 employés qui sont derrière Julie Poirot, notre Responsable RSE. Employés qu’elle a réussi à motiver pendant plusieurs années, avec la difficulté de la saisonnalité puisque nous ne sommes ouverts que six mois par an seulement. Très fiers aussi, parce que, comme l’ont rappelé les différents intervenants aujourd’hui, quand vous mettez un pied dans la RSE, ça ne s’arrête jamais. Tous les matins, vous avez une réflexion RSE, dans toutes vos rencontres et réunions avec vos chefs de service, il y a un paragraphe RSE. C’est donc quelque chose qui passionne les équipes et qui a fini par devenir un objectif commun. L’idée c’est que nous soyons un peu les laborantins de la RSE pour la collection de nos hôtels (Le groupe OETKER COLLECTION : le Bristol à Paris, le Lanesborough à Londres…), pour qu’ensuite les autres hôtels se mettent en place en bénéficiant de notre expérience. »

Comme le rappelait hier soir Luc Tournaire, PdG du groupe Tournaire et Président du Président du Club EF (Economie de la Fonctionnalité), lors de cette remise des trophées : « La RSE, c’est de faire d’une contrainte, une opportunité. »

 

© Ressources Magazine | Powered by WP & IPAOO