Société

FESTIVAL RÉVEILLONS-NOUS OU LE THÉÂTRE CITOYEN

« Réveillons-nous ! Voilà notre espoir. Soyons conscient des horreurs que nous perpétrons, soit directement, soit par la non-action. Réagissons pour défendre la planète. Si nous pouvions aller au-delà des théories intellectuelles et politiques, et tout simplement accepter de prononcer le mot amour, l’amour pour l’humain et l’amour pour la terre, pour cette vie miraculeuse qui vient qu’une fois, alors peut-être aurions-nous une dernière chance. Le futur de la planète et de l’humanité dépend entièrement de nous. Pas du voisin. Pas du politicien. Pas de la religion. Juste de nous-mêmes. Ne perdons plus une minute. Réveillons-nous ! »

C’est en ces termes qu’Irina Brook, Directrice du Théâtre de Nice, ouvre la présentation du programme de son Festival Réveillons-nous organisé du jeudi 26 novembre au dimanche 13 décembre. Dans l’interview qu’elle nous a accordé pour le dernier numéro de Ressources (N°2 : nov-dec 2015), elle insistait sur la notion de responsabilité liée à sa fonction : « C’est très important de réunir les gens. Les gens qui peuvent réunir, qui ont une maison, une grande maison, ont le devoir de réunir dans cette maison. »

Réveillons-nous. Le nom même de ce grand festival alternatif, à l’initiative d’Irina Brook, à quelques jours seulement de l’ouverture de la COP21, est exhortation franche à nous secouer, non seulement des miasmes de ce mauvais rêve du 13 novembre, mais également des torpeurs du fatalisme du « système ». Sortons de l’état hypnotique dans lequel nous maintiennent les médias, ébrouons-nous des langueurs que nous inspirent le cynisme des puissants.

D’autant que pour ce faire, Irina Brook, en collaboration avec Alternatiba 06, La Strada et le Negresco, nous a concocté un programme qui réveille précisément tous les sens, autant que le plus assoupi de nos neurones. Tous les arts, toutes les expressions, tous les langages. Le cinéma, la danse, la science, l’alimentation, l’éducation, la méditation… Et convoque par ailleurs des personnalités qui éclairent de leur seule présence la dimension engagée de ce festival. Deux femmes sont ainsi à l’honneur : Coline Serreau (Samedi 28 novembre, avec la projection du film La belle verte, photo de l’article), actrice, scénariste, compositrice, et réalisatrice française (Trois hommes et un couffin, La Crise, Chaos) ; et Vandana Shiva (Dimanche 6 décembre), emblème mondiale de la révolution écologique, prônant, au-delà de la désobéissance civile qu’inventa un certain Thoreau : la  « désobéissance créatrice ».

Quand le théâtre se mobilise pour la planète autour de la COP21, l’on peut espérer que sa grande maison serve de caisse de résonance aux hommes et femmes de « bonne volonté ». Tel est le pari d’Irina Brook, et de tous ceux qui sont parties prenantes de cet événement sur Nice. Tel est le sens de son engagement à la tête d’un des plus grands CDN (Centre Dramatique National) de France : celui d’un théâtre utile… Et si on éteignait un peu la télé histoire de se dégourdir l’optimisme ?

 

Festival Réveillons-nous
Le théâtre national de Nice se mobilise pour la planète
26 novembre > 13 décembre

Télécharger le programme :
Capture d’écran 2015-11-25 à 16.20.24

Laissez un commentaire