Environnement – Page 3

A Monaco, l’art inuit à la rescousse du climat

A Paris, la montagne Cop21 a peut être accouché d’une souris… Mais à Monaco, ce sont des oeuvres d’art qu’elle a fait germer entre les murs du Musée océanographique. Jusqu’au 29 février, l’exposition « Linked » y rassemble des créations d’artistes de l’Arctique russe et canadien, comme celles d’Abraham Anghik Ruben, et celles d’Occidentaux suisses et italiens comme Alois Lichtsteiner, Alessandro Sciaraffa et Mario Merz. Dans le cadre de la 21e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, la Cerny Inuit Collection, musée suisse spécialisé dans l’art contemporain s’intéressant aux cultures et à la vie des habitants des régions polaires, a tenu à prêter à son acolyte monégasque la majeure partie des œuvres de cette expo éphémère, pensée par le Département des relations extérieures et de la coopération du gouvernement princier. Ces installations, qui mêlent art, science et sensibilisation et soulignent « l’interdépendance des différentes cultures et l’urgence à aboutir à un accord international permettant de lutter efficacement contre le changement climatique » (dixit le musée) sont mises en regard avec des films documentaires retraçant les différentes expéditions princières dans les zones polaires. L’occasion de partir à la découverte de cette partie du monde, si belle et si fragile à fois.

Exposition « Linked ». Jusqu’au 29 février, au Musée océanographique de Monaco. avenue Saint-Martin. Infos au +377.93.15.36.00.

(c) Photo : Manhole_Hunter

Mercantour : un candidat sérieux au patrimoine de l’UNESCO

Lors de la conférence de présentation du livre « Biodiversité des Alpes, l’inventaire sans frontière » à Monaco, Marie-Pierre Gramaglia, conseiller du gouvernement monégasque a mis en avant le partenariat « du Gouvernement Princier, de la Fondation Prince Albert II de Monaco, du Ministère Français de l’écologie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, du Muséeum d’Histoire Naturel, du Musée Régional des Sciences Naturelles de Turin et du Muséeum d’Histoire Naturelle de Nice, ainsi que l’engagement des associations et laboratoires de recherche » dans cette aventure ambitieuse : inventorier près de 12 000 espèces sur un territoire de 2500 km2. Une grande première en Europe, et une deuxième mondiale. Pierre-Ange Ginésy, Président du Groupement Européen de Coopération Territoriale et du Parc du Mercantour se félicite de cet inventaire unique qui va « apporter une pierre supplémentaire à l’édifice de notre candidature au Patrimoine Mondial de l’Unesco ». Les Alpes de la Méditerranée, regroupant le Parco del Marguareis (It), le Parco Alpi Liguri (It), les aires protégés de la Provincia Imperia (It), l’aire maritime du Jardin botanique Villa Hanbury (It) et la partie côtière protégée du Département des Alpes-Maritimes proposent une biodiversité riche liée à sa variété de paysages et aux influences climatiques multiples. L’avancée de cette candidature est à suivre ici.

(C) Photo : Alessandro Biancheri

COP 21 ET RÉGIONALES : LE DESSIN DE KRISTIAN

Nice : Remise des trophées climat énergie

Nice : remise des Trophées Climat Energies

Dans le cadre du Forum annuel du Plan climat énergie des Alpes-Maritimes, les lauréats des Trophées Climat Energies ont été récompensés le 10 décembre. Eric Ciotti, Député et Président du Département des Alpes-Maritimes a souligné l’implication des candidats :  » Chacun de vous a su forger la réussite environnementale de votre collectivité, de votre établissement public, de votre entreprise ou de votre association, en ne ménageant aucun effort, ni aucun sacrifice en matière de politique énergétique, de développement durable et d’innovation technologique.
Ces trophées récompensent donc tout ce cheminement fait de volonté et de progrès technologiques en matière environnementale, toutes ces expériences et tous ces engagements qui n’auront pas été vains pour le territoire des Alpes-Maritimes et dont les générations futures en récolteront les fruits. » Le jury, issu de la Préfecture des Alpes-Maritimes, d’ERDF, EDF, GRDF, RTE, CCI, de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de la région PACA (DREAL-PACA), de l’Association des Maires et du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, a attribué les trophées en fonction de critères simples :  l’innovation et la créativité, les économies d’énergies et le développement des énergies renouvelables, les transports propres, le développement économique durable et l’adaptation au changement climatique.

La diversité azuréenne récompensée

Parmi la cinquantaine de lauréats récompensés, le Parc Naturel Régional des Préalpes d’Azur pour la sensibilisation du Public, la commune de Belvédère, l’Association Neige et Merveilles pour leur engagement dans le développement des énergies renouvelables, le Parc national du Mercantour et les communes de Vence et Castillon dans la catégorie développement et créativité. Le trophée Bronze a notamment été attribué aux communes de La Trinité, de Guillaumes et de Peille, le Trophée Argent aux communes de Villeneuve-Loubet, de Valberg et à la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse et le trophée Or a été remis aux communes de Pégomas, Lucéram, Cannes et à la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis. L’ADEME et l’association G-Addiction ont reçu le prix spécial du jury.

Maîtrise de la consommation électrique : lancement d’EcoWatt PACA

La 6ème saison d’ÉcoWatt PACA a été lancée par RTE et ses partenaires, l’État, l’ADEME, le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes, la Principauté de Monaco, et ERDF. Objectif : maîtriser les pointes de consommation en alertant les consommateurs la veille des pics prévus via email et réseaux sociaux . Collectivités publiques, entreprises et particuliers peuvent ainsi adapter leurs comportements , en particulier entre 18h et 20h, et adopter les éco-gestes. Les prévisions de consommation sont établies par RTE à partir de l’historique des années précédentes et de données fournies par Météo-France relatives aux températures et à la nébulosité. Elles sont réajustées et affinées quotidiennement.

Maîtriser la pointe de consommation : un enjeu de développement durable

La région PACA dépasse le niveau de consommation supérieur (à partir de 7500 MW) entre 10 et 15 jours par an et consomme jusqu’à plus de 8000 MW lors des journées « extrêmes »ce qui représente 3 à 4 jours par an. Pendant les pointes de consommation, la quantité d’électricité consommée est presque deux fois supérieure à la consommation moyenne du reste de l’année. Pour répondre à la demande des moyens de production d’électricité supplémentaires dits « de pointe » sont activés, alimentés au fioul et au charbon. Deux sources de gaz à effet de serre.

Bons sens et éco-gestes

Éteindre la lumière et les appareils électriques en quittant son lieu de travail, ne pas allumer les lumières des pièces inoccupées, reporter le lancement du lave-linge ou du lave-vaisselle hors des heures de pointe, dégivrer le réfrigérateur et dépoussiérer le condensateur tous les 6 mois… Limiter sa consommation électrique doit devenir un réflexe, en toute saison.

Copyright photo : Gaël Arnaud

 

 

 

Préalpes d’Azur : Eric Mele, nouveau président du Parc

Suite à la démission de Marc DAUNIS, sénateur-maire de Valbonne, Eric MELE, maire de Gourdon, a été élu président du Parc naturel régional des Préalpes d’Azur. Le Comité syndical du Parc naturel régional des Préalpes d’Azur se tenait le 03 décembre à Vence, en présence du Maire, Loïc DOMBREVAL, ainsi que de Charles-Ange GINESY, vice-président du Conseil Départemental, de Gérald LOMBARDO, conseiller départemental. Engagé dès la phase de préfiguration, Eric MELE était vice-président du Parc, délégué aux finances et aux ressources humaines. Très ému après son élection, il a tenu à remercier son prédécesseur pour son engagement sans faille : « Marc DAUNIS a réussi à créer une dynamique collective au-delà des clivages politiques pour porter le Parc naturel régional, je poursuivrai dans cet esprit. »

Un président « pragmatique »
Se présentant comme un « pragmatique », il a souhaité ouvrir son mandat en insistant sur la nécessité de poursuivre et renforcer l’œuvre accomplie par son prédécesseur.  Le président a réaffirmé les priorités validées par le comité syndical : celles de « continuer d’affirmer l’existence du Parc et faciliter l’appropriation du projet de territoire défini dans la Charte en poursuivant les actions de communication, de diffusion d’informations et de participation du public ». Il s’agit de «concrétiser les démarches engagées en optimisant les retombées sur le territoire : plusieurs programmes construits en 2015 porteront leurs fruits et entreront dans une phase opérationnelle avec de nouveaux financements, notamment le programme LEADER, qui vise à favoriser les initiatives pour une vie rurale dynamique et éco-responsable. L’accompagnement de « l’ensemble des acteurs qui concourent à la mise en œuvre de la Charte, en recherchant la cohérence des actions, la mutualisation ainsi que la concertation » est toujours d’actualité.
Marc DAUNIS, Président depuis la création du syndicat mixte de préfiguration du Parc en 2008, a souhaité quitter ses fonctions pour des raisons personnelles : « une décision importante, tant l’attachement aux actions du Parc est fort dans mon engagement public ». Il a aussi tenu à souligner le chemin parcouru, l’implication des élus attachés à l’intérêt général du territoire et la qualité du travail de l’équipe technique.

© Ressources Magazine | Powered by WP & IPAOO