Author Archive for Stéphane Robinson

Clap de fin pour le journal Ressources…

Nous avons pris le temps avant de nous résoudre à ce choix.
Mais oui, c’est donc officiel : deux ans et demi après la parution de son numéro 1,
le journal Ressources s’arrête.

Entamée en septembre 2015, une aventure éditoriale de proximité se termine.
Le temps de réaliser 8 numéros dédiés à l’actualité développement durable de la Côte d’Azur dans un premier temps, aux « Chroniques de la Transition en Provence » dans une nouvelle formule lancée à la rentrée 2017.

Pour cet au revoir, nul besoin de passer par le menu les « raisons des raisons ». Tout le monde est suffisamment au fait des difficultés que traverse la presse française en ce moment. Chacun sait combien elles sont plus nombreuses encore pour la presse indépendante. Nous aurons tout essayé : le crowdfunding, le pré-financement, une formule plus légère… Cela n’aura pas suffit. Avec cette éternelle question : peut-on faire de grandes choses avec de petits moyens ? Nous laissons le débat ouvert… Une chose est sûre : il nous faut placer dans la balance le formidable accueil qui aura été réservé à ce petit média local indépendant. Ces 8 numéros relèveraient presque du miracle s’il n’était permis d’évoquer ici le soutien immédiat qu’il a reçu. Oui, c’est l’heure des remerciements, donc. Nous tâcherons de faire court, promis.

Merci, pour commencer, aux institutions et entreprises qui ont cru en nous et qui ne nous ont jamais lâchés: Initiative Nice Côte d’Azur, Créasol, la DRAC Paca, la Chambre de Commerce Nice Côte d’Azur, Malongo… Mention spéciale à notre banque pro, le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur qui a tout fait jusqu’au dernier moment pour permettre un redécollage.

Merci aux associations et autres organisations alternatives qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour nous faire connaître au plus grand nombre : les Amap 06, Alternatiba, Les Colibris 06…

Merci aux consoeurs et confrères éditeurs de presse, et autres médias, qui ont relayé nos aventures avec la plus grande bienveillance, en pairs solidaires, et cela par-delà les différences de positionnement éditorial et de modèles économiques : France 3 Paca, La Tribune Côte d’Azur, Nice Matin, France Bleu Azur, Radio Ethic, La Strada, Optimiste Magazine, Couleur Nice… Et même à Philippe Bertrand pour cette sympathique mention sur son émission Carnet de Campagne (France Inter) !

Merci aux kissbankers d’avoir apporté la nécessaire contribution au carburant de départ, puis l’année suivante à une remise sur orbite du vaisseau Ressources en difficulté… Sans vous, le projet Ressources était clairement impossible.

Merci à tous nos collaborateurs qui, numéro après numéro, ont permis cette qualité éditoriale qui nous aura permis de jouer dans la cour des grands au-moins sur le contenu. Deux prix Eco-reportage en attestent. Oui, un immense merci à vous toutes et tous journalistes, photographes, illustrateurs, secrétaires de rédaction… Votre professionnalisme fut à la hauteur de votre engagement solidaire alors que certains numéros furent réalisés bénévolement.

Merci à vous, enfin, bien chères lectrices et bien chers lecteurs, pour votre fidélité, par voie d’abonnement ou non. Ces 8 numéros n’ont pu exister que parce que nous les savions lus, suivis, attendus, espérés ! Nous sommes sincèrement désolés que l’aventure s’arrête. Mais nous espérons que vous aurez pris du plaisir à nous lire à chaque numéro.

Clap de fin, donc. Nous avons tout donné. Toutes les ressources possibles.
Nous avons fait notre part. Aucun regret à l’arrivée.
Ressources aura été une très belle entreprise éditoriale et une magnifique aventure humaine.

Une porte a été ouverte. Nous la refermons aujourd’hui.
Place à de nouvelles aventures ? Et pourquoi pas…
Pour l’heure, portez-vous bien et surtout : ne lâchez rien !

Merci.

 

Stéphane Robinson, Régis Lesserteur, Aurélie Selvi

Eco-vallée : le déplacement du MIN retoqué par le Tribunal Administratif 

L’information est tombée aujourd’hui : le déplacement du MIN à la Baronne (communes de la Gaude et de Saint Laurent du Var), point névralgique de l’OIN du Var (Opération d’Intérêt National), vient d’être annulé. Le Tribunal Administratif de Nice s’est donc rangé derrière les conclusions que le rapporteur a fait valoir lors de l’audience du 12 décembre dernier. Au final, c’est le même argument retenu pour retoquer le Projet Stratégique et Opérationnel (PSO) de la même Eco-vallée le 22 juin 2017 qui a été repris sur ce dossier : l’absence d’étude d’incidences Natura 2000.
Pour Sylvie Bonaldi de l’association CAPRE 06 (Collectif Associatif pour des Réalisations Écologiques), partie civile avec l’association FNE Paca (France Nature Environnement), cette décision a davantage de poids : «  le déplacement du MIN est la clé de voûte de l’OIN. Si le maintien du MIN à son emplacement actuel ne remet pas forcément en cause le projet de pôle multimodal, alors que l’activité du MIN a été divisée par six depuis sa création, il empêche par contre la réalisation du projet de quartier d’affaires du Grand Arénas. Cette décision est beaucoup plus contraignante que pour le POS. C’est un véritable camouflet pour Christian Estrosi ». Mais l’argumentation autour de la seule carence d’étude Natura 2000 est à ses yeux insuffisante : « C’est un manque d’étude environnementale globale qu’il faut faire valoir. Si Natura 2000 prend en compte le paramètre biodiversité, il importe de mener également des études dignes de ce nom quant aux impacts sur la ressource eau, sur la pollution de l’air, etc ».

(Crédit photo : Franck TERLIN)

Ressources Magazine N°8

Au sommaire de ce numéro

  • UNE / Ils ont mis leurs déchets au tapis.
  • ENVIRONNEMENT / La bataille des semences.
  • SOCIÉTÉ / Herboriste, un métier militant.
  • SOCIÉTÉ / En Méditerranée, homme et détresse à la mer.
  • ÉCONOMIE / Scop-TI, un projet source d’espoir et de sens.
  • ÉCONOMIE / En Paca, un leader du tri optique.
  • TERRITOIRES / Au Pays de Lérins, une transition à marche forcée.
  • CULTURE / Entretenir notre part poétique.
  • CULTURE / De l’art du partage à la Passerelle.

ACHETER LE MAGAZINE

Format Papier Format PDF S’abonner

 

Ressources N°7

Au sommaire de ce numéro

  • UNE / La folie des surfaces commerciales.
  • ÉNERGIE / L’autosuffisance énergétique, utopie ou réalité ?
  • ÉCO-VALLÉE / Le jugement et après ?
  • ÉDUCATION / Ils l’ont fait : ouvrir son école ou sa crèche alternative.
  • SOCIÉTÉ / Autisme, le tabou ultime.
  • ÉCONOMIE / ils réinventent déjà le monde du travail.
  • ÉCONOMIE / Derrière la parité, quelles réalités ?
  • MÉDIAS / Les médias indépendants, derniers bastions d’indépendance ?
  • CULTURE / Le « Jardin d’art et de vie » de l’EHPAD La Rosée
  • TERRITOIRES / La vallée des Paillons

ACHETER LE MAGAZINE

Format Papier Format PDF S’abonner

 

Ressources : bientôt un journal !

Et bien voilà, c’est la fin de notre opération de pré-achat lancée en avril. Et avec elle, pour le moment, celle de la formule magazine trimestriel telle que vous la connaissiez.

Même si la mobilisation a été importante (merci à tous !), nous n’avons pas atteint l’objectif des 700 préventes qui nous aurait permis de financer ce numéro annuel, à mi-chemin entre le livre et la revue.

Mais Ressources n’a pas dit son dernier mot ! Forts du renouvellement cette année du soutien de l’Etat dans le cadre de son fonds « média d’information de proximité » (même si l’enveloppe est mince), nous vous proposons une alternative, la seule qui nous permette de survivre.

LE MAGAZINE RESSOURCES DEVIENT DONC… RESSOURCES « LE JOURNAL » : 8 pages, format tabloïd, dédiées à l’actu azuréenne du développement durable, à paraître tous les deux mois, en kiosques et à prix réduit.

Côté contenu, pas touche à nos fondamentaux ! Indépendance, journalisme de solution, investigation et plus que jamais, donc,… proximité seront au rendez-vous.

Ressources « Le journal » #1 sortira à la rentrée. Avis aux abonnés : les nouvelles formules sont en cours d’élaboration, tout comme les dédommagements destinés aux personnes qui ont participé à notre opération de pré-achat.

Merci de votre soutien depuis le départ, bien chères lectrices et chers lecteurs.

De ressources d’imagination nous ne manquons pas. Ni de foi…

A bientôt !

L’équipe Ressources

Censure du bio et local par le Conseil constitutionnel : la réponse du réseau UN PLUS BIO

Communiqué du 31 janvier 2017 du réseau national UN PLUS BIO après la censure par le Conseil Constitutionnel de l’article 192 de la loi Égalité et Citoyenneté contraignant la restauration publique à proposer a minima 20% d’alimentation bio et locale.

Communiqué de presse Un Plus Bio
Premier réseau national des cantines bio

La loi sur les 20 % de bio dans les cantines
invalidée ? Pas grave, les territoires avancent !

L’article de la loi Égalité et citoyenneté introduisant 20 % de bio et 40 % de durable, local ou de saison en restauration collective a été censuré jeudi 26 janvier par le Conseil constitutionnel, pour vice de forme. Après de nombreux rebondissements et malgré la persévérance de la députée Brigitte Allain, le rodéo législatif démarré il y a plus d’un an est de nouveau mis à l’arrêt. Et pourtant…

1) L’agriculture biologique connaît un développement sans précédent en France

Le rythme des conversions n’a jamais été aussi fort et la France rattrape rapidement son retard en Europe. Les opérateurs tous secteurs confondus (producteurs, transformateurs et distributeurs) misent également sur la poursuite d’une évolution à deux chiffres du marché dans les années à venir.

2) Le bio est plébiscité par les parents

Selon l’Agence bio, 87 % des parents souhaitent que des produits bio soient proposés à leurs enfants en restauration scolaire. Édité par Un Plus Bio, le livret gratuit Cantines bio : le guide pratique des parents, a été téléchargé près de 1 500 fois en moins de deux mois.

3) La cantine devient un levier de changement

Un peu partout en France, les initiatives se multiplient pour faire de la restauration collective de qualité un levier de développement local. Un Plus Bio apporte son aide à travers le Tour de France des cantines rebelles où élus locaux, citoyens et associations sont régulièrement invités à agir ensemble.

4) Manger mieux sans dépenser plus, c’est possible

Le frein du surcoût et du défaut d’approvisionnement local est régulièrement avancé par les élus locaux qui n’osent pas s’engager. Un argument balayé par la multiplication des expériences menées sur de nombreux territoires, qui montrent que le bio local -et pas le local non bio- est la solution d’avenir. Des expériences à retrouver dans le manifeste d’Un Plus Bio « Quand les cantines se rebellent » ainsi que dans notre tribune publiée dans Le Monde en décembre dernier.

5) Des collectivités s’engagent et le revendiquent

Avec une cinquantaine de collectivités adhérentes, Un Plus Bio est aujourd’hui le premier réseau national des cantines bio qui accompagne le mouvement de fond d’une restauration collective plus bio, locale, saine et juste. Partenaire, la société Ecocert, leader des organismes certificateurs en Europe, est à l’origine du premier label des cantines bio-engagées « En cuisine ». À ce jour, plus de 300 restaurants collectifs sont labellisés, qui proposent de 10 % à 100 % de bio dans leurs menus !

Pour amplifier le changement, un collectif peut être aussi fort que la loi.
Rejoignez le Club des Territoires Un Plus Bio !

contact@unplusbio.org

Crédit photo : Franck TERLIN

© Ressources Magazine | Powered by WP & IPAOO