Author Archive for Marylou Airaut

Mon beau sapin, roi des déchets…

Sale temps pour les sapins… Après avoir trôné au milieu du salon, la fin du règne s’annonce. Mais le sapin ne finira pas sur le trottoir. De nombreuses municipalités des Alpes Maritimes et du Var mettent en place des collectes d’arbres de Noël entre décembre et janvier. Les habitants sont invités à contacter Allô Mairie ou à déposer leur épicéa sans flocage ni décoration dans des lieux de dépôts spécialement dédiés. A la Seyne, 6 centres de collectes sont mis à disposition avec un objectif de 3 tonnes de bois à recycler. Biot lance à compter du 1er janvier son opération « Zéro sapin de Noël à la poubelle ». Les sapins seront broyés et transformés en compost.

Une énergie renouvelable

Air Paca rappelle sur son site que « la combustion de bois n’en est pas moins un enjeu de qualité de l’air. Les objectifs français de croissance des énergies renouvelables comptent sur cette source d’énergie au bilan carbone intéressant. Mais elle est responsable de 29 % des émissions de particules fines (PM2,5), et de 58 % des émissions d’Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP dont le très cancérigène Benzène), comme d’une bonne part des composés organiques volatils et autres oxydes d’azote que nous respirons avec l’air ambiant. »

 

 

Les « Naufragés du TER Grasse Vintimille » interpellent le Président de Région

L’association des « Naufragés du TER Grasse Vintimille« , bien connue des usagers SNCF des Alpes-Maritimes propose à Christian Estrosi, récemment élu à la tête de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, un programme clé en main. Et un rappel des promesses de campagne. Morceaux choisis de cette feuille de route :
Vous l’avez dit et répété à l’envie : « Avec notre projet, ça va CHANGER ! » Fort bien ! Grâce à votre action, nous allons vivre la fin de la cacophonie sur nos lignes ferroviaires. Vous vous êtes ainsi engagé notamment à « des transports facilités », à ce que « les trains roulent à l’heure », qu’ils « soient plus fréquents » et à une obligation de résultat pour la SNCF PACA.
Zéro défaut pour «les trains du boulot » :
Priorité absolue doit être donnée au traitement qualitatif des heures de pointes (de 7h à 9h et de 17h à 20h), par la mise service a minima de rames de 6 caisses de 2 niveaux ou des Jumbos TER REGIO 2N de 1000 places et par l’absence de suppressions de trains et de retards intempestifs. Etablissement par la SNCF d’un plan de résorption des grèves à l’effet d’atteindre un taux de grève équivalent à une région de la SNCF comme Nantes ou Strasbourg, pour garantir la régularité des circulations en heures de pointes toute l’année. Définition des principes d’une refonte de l’information aux voyageurs.
Fin de la gestion opaque marseillaise de la pénurie de matériel ferroviaire, pour une redistribution prioritaire vers les lignes les plus fréquentées :
Localisation précise des matériels disponibles dans les différents dépôts régionaux. Affectation des matériels par ligne (notamment pour Les Arcs/Grasse/Vintimille). Répartition équitable des trains hors d’âge (RRR/RIO) sur l’ensemble des lignes des six départements de PACA et pas uniquement sur Les Arcs/Grasse/Vintimille. Reprise des études permettant la mise en service urgente dans les Alpes-Maritimes d’un second technicentre habilité à traiter tous types de maintenances, au plus près des 50 000 abonnés quotidiens au TER azuréen…

Accélération de la livraison des Jumbos TER financés en 2010, par la Région
Mise en service de la majorité de ces gros porteurs sur la ligne la plus fréquentée de PACA. Application sans délai et sans pitié des pénalités de retard de livraison au constructeur. Vérification de l’achèvement effectif des travaux dans les tunnels de Vintimille, et obtention sans délai de l’agrément de l’agence de sécurité ferroviaire italienne pour faire circuler sur son territoire les nouveaux trains ; le cas échéant, prendre l’appui des élus italiens frontaliers.
Vérification de la véritable nature des travaux de réseau, de leur consistance, et de leur nécessité :
Réalisation d’un audit détaillé et complet du programme des travaux de consolidation et de modernisation des infrastructures ferroviaires régionales pilotés par SNCF Réseau, sur les trois années à venir (ex : doublement de capacité de la ligne Cannes Grasse annoncé pour 2017, etc.). Il ne doit plus y avoir de « travaux-surprises » réalisés du jour au lendemain sans concertation, qui déstabilisent les circulations ferroviaires de SNCF mobilité et de Thello.
Mise en place durable d’un centre de décision politico-technique TER à Nice :
Repenser complètement le système décisionnel et technique pour le TER azuréen, étant précisé que la reconduction du système actuel (nomination d’un Vice-President en charge des transports régionaux depuis Marseille) serait totalement insuffisante et inappropriée aux enjeux de fiabilité et de proximité du transport ferroviaire. Ainsi, afin de répondre plus rapidement et efficacement aux difficultés de la plus grande part des abonnés du TER PACA localisés dans l’Est du territoire régional, «il suffit de décentraliser » durablement à Nice les élus, fonctionnaires, budgets et matériels de la Région affectés à la Côte d’Azur et aujourd’hui situés à Marseille. Localiser à proximité immédiate de la gare de Nice-Ville les personnels et entités décentralisés, afin de coopérer avec les équipes techniques de la Ville, de la métropole Nice Côte d’Azur et de la SNCF. Il est demandé à cette dernière de décentraliser également à Nice les pouvoirs détenus actuellement par Marseille qui freinent les agents azuréens et les démotivent.

Programme et actions à suivre…

(C) Photo : DR

Mercantour : un candidat sérieux au patrimoine de l’UNESCO

Lors de la conférence de présentation du livre « Biodiversité des Alpes, l’inventaire sans frontière » à Monaco, Marie-Pierre Gramaglia, conseiller du gouvernement monégasque a mis en avant le partenariat « du Gouvernement Princier, de la Fondation Prince Albert II de Monaco, du Ministère Français de l’écologie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, du Muséeum d’Histoire Naturel, du Musée Régional des Sciences Naturelles de Turin et du Muséeum d’Histoire Naturelle de Nice, ainsi que l’engagement des associations et laboratoires de recherche » dans cette aventure ambitieuse : inventorier près de 12 000 espèces sur un territoire de 2500 km2. Une grande première en Europe, et une deuxième mondiale. Pierre-Ange Ginésy, Président du Groupement Européen de Coopération Territoriale et du Parc du Mercantour se félicite de cet inventaire unique qui va « apporter une pierre supplémentaire à l’édifice de notre candidature au Patrimoine Mondial de l’Unesco ». Les Alpes de la Méditerranée, regroupant le Parco del Marguareis (It), le Parco Alpi Liguri (It), les aires protégés de la Provincia Imperia (It), l’aire maritime du Jardin botanique Villa Hanbury (It) et la partie côtière protégée du Département des Alpes-Maritimes proposent une biodiversité riche liée à sa variété de paysages et aux influences climatiques multiples. L’avancée de cette candidature est à suivre ici.

(C) Photo : Alessandro Biancheri

Noël version circuit court

Très peu pour eux les cadeaux de Noël Made in « Flykea, Cafour et la Cnaf ». Derrière ce trait d’humour, vous l’aurez compris, se cachent des militants du circuit court. Eux, ce sont les artistes et artisans du Connectif « Keskon fabrique ». Leur credo : récupérer dans la rue, ou auprès d’entreprises, des matériaux en mal d’utilité (vieux meubles ou luminaires, pièces métalliques…) pour en bricoler des objets uniques et bon marché, dans leur atelier bric-à-brac du quartier de la Libé, à Nice. Ce dimanche, de 14 heures à 19 heures, Nicolas et David, les deux artistes-résidents du lieu, en ouvrent les portes au public. L’occasion de découvrir leur œuvre d’art récup’ du quotidien (dessertes, tables basses, lampes…), d’échanger avec ces serial transformateurs voire de dénicher des cadeaux locaux de dernière minute.
Portes-ouvertes, atelier du Connectif « Keskon fabrique », dimanche 20 décembre de 14 heures à 19 heures, 3 rue Molière, à Nice. Infos au 06.84.08.97.56.
Par Aurélie Selvi

Crédit photo : KKF

Nice : la Source, créatrice du Volume, recherche bureau

La Source, l’association niçoise pour la promotion de l’accessibilité aux Musiques Actuelles et l’aide à la professionnalisation recherche activement un local ou un appartement de 50m2. Arrivée au terme de son bail professionnel, elle est aujourd’hui expulsable. Les bureaux sont aujourd’hui inexploitables, ce qui met en péril l’existence même du projet. L’association a créé le Volume en décembre 2004, un espace entièrement dédié à la culture et à la musique. Composé d’un café culturel, ce lieu invite aux rencontres entre le public, les artistes et les acteurs culturels. Depuis plus de dix ans, il accompagne les musiciens, amateurs comme professionnels, en proposant des ateliers et des stages thématiques. La scène est ouverte pour les concerts. Le café accueille régulièrement des expositions et des événements pluridisciplinaires avec un but : mettre en avant la création.

Projet de relogement du Volume

Un local de 1000 m2 a été acheté par la ville de Nice, place Garibaldi. Ce relogement à cet endroit stratégique signerait la création d’un pôle culturel innovant et unique en France, alliant musique et cinéma, au cœur de la cité. Ce projet du Volume place Garibaldi participe au rééquilibrage du territoire local et régional en infrastructures dédiées aux Musiques Actuelles, notamment dans la perspective d’une labellisation SMAC (Scène de Musiques Actuelles) par le Ministère de la Culture.

Les promesses vertes du gagnant des régionales seront-elles durables ?

C’est plié. Au lendemain du second tour des élections régionales, le candidat Les Républicains, Christian Estrosi, député-maire-président-de-la-métropole-niçoise, devient le nouveau président de Paca (54,78%, contre 45,22% pour la frontiste Marion Maréchal Le Pen). Et parce que les promesses de campagne n’engagent que ceux qui les croient, Ressources pose ici 10 engagements verts de son programme qu’on espère durables.

MANGER LOCAL
– Du producteur au consommateur : création de 200 points de vente directe, véritables « drives agricoles ».
– Approvisionnement chez les producteurs locaux de toutes les cantines des lycées.

AGRICULTURE
– Maîtrise du prix du foncier agricole et mises à disposition de terres aux jeunes agriculteurs.
– Développement des richesses agricoles spécifiques : filières bois, exploitations fruitières, élevages…
– Harmonisation des coûts d’irrigation du canal de Provence pour renforcer la compétitivité des exploitations agricoles et des filières au sein de la région.

ENVIRONNEMENT
– Première région « no-plastic » pour protéger nos fonds marins.
– Développer l’indépendance énergétique des particuliers par des aides à l’équipement.
– Incitation aux traitements biologiques.
– Équiper 100% de nos villes et villages de containers pour le tri sélectif.
– Aider les communes et les intercommunalités à préserver les eaux de baignade, en accompagnant leurs projets d’assainissement et de gestion des eaux pluviales.

Par Aurélie Selvi

(c) photo : Franck Terlin

© Ressources Magazine | Powered by WP & IPAOO